Synopsis

La famille BARETT vit dans une banlieue paisible jusqu’à ce que leur tranquillité soit troublée par des événements étranges touchant chacun des membres de la petite famille à commencer par Sam, le plus jeune des enfants qui semble être régulièrement « visité » la nuit par celui qu’il nomme « Le Marchand de sable »… Juste un vilain cauchemar ? C’est ce que pensent d’emblée les parents mais ils se trompent…

La critique

Les extra-terrestres existent ! Mais si, je vous assure, pour vous en convaincre, mater donc Dark skies (je m’excuse d’avance auprès de celles et ceux qui n’ont pas encore vu le film car je vais un peu spoiler). Il est vrai que la thématique des envahisseurs venus d’ailleurs pour faire des expériences scientifiques sur nous, pauvres êtres humains, est bien connue des séries TV (Les Envahisseurs, X files) comme des longs métrages (Mars Attacks, Hidden, Les Maîtres du monde). En cela, on peut dire que Dark skies qui suit un peu cette thématique, n’a rien inventé. Certes, mais le film reste tout de même efficace dans le genre et parvient à accrocher le spectateur en jouant intelligemment sur une ambiance à la fois intrigante et inquiétante du moins dans la première partie du film. Le spectateur y est tenu en haleine car il ne sait pas trop ce qu’est ce mystérieux « Marchand de sables » venant visiter tous les soirs la demeure de la famille BARETT et en particulier la chambre du jeune Sam. On est donc curieux d’en savoir un peu plus. D’emblée, on pense à un revenant (classique). Eh ben non mais ça n’est pas vraiment mieux malheureusement… Lorsque l’on en apprend plus sur ce visiteur nocturne (ou plutôt ces visiteurs) et ses intentions, on ne peut s’empêcher d’être un peu déçu malgré une mise en scène plutôt réussie. Le manque d’originalité du scénar’ donne une forte impression de déjà-vu qui pèse un peu sur la seconde partie du film. On pense de suite à des séries TV à succès telles X files et surtout à la série éponyme des années 90 (Dark skies, l’impossible vérité) qui n’aura pas fait long feu. Du coup, le couple BARETT passe un peu pour une bille quand il apprend que l’existence de ces extra-terrestres ne date pas d’hier, que d’autres familles ont vécu des expériences similaires… Bref, vous aurez compris où je veux en venir, à partir de là, on n’est plus très loin de la théorie américaine archi-revisitée du méga complot gouvernemental visant à cacher l’existence des bonshommes venus de l’espace. Je caricature un peu car le film parvient tout de même à faire passer la pilule de manière plutôt fine et délicate même si on ne peut occulter tout l’actif… ou le passif (à vous de voir) qu’il y a derrière.

Dark Skies de Scott Charles Stewart (2013) | Critique
Dark Skies de Scott Charles Stewart (2013) | Critique
Dark Skies de Scott Charles Stewart (2013) | Critique

Niveau effets visuels, on est plutôt bien servi par le réalisateur qui est un spécialiste en la matière. Quelques bonnes scènes bien flippantes au rendez-vous comme la scène où la mère pénètre dans la chambre de son plus jeune fils, Sam et découvre une ombre penchée au-dessus du lit. La bande son est efficace et appuie bien les effets visuels en y ajoutant volume et intensité. Produit par Jason BLUM également connu pour avoir produit la saga des Paranormal Activity, Dark skies ne semble pas avoir mobilisé énormément de moyens et sur ce point, on peut dire qu’il s’en sort plutôt bien. Il faut dire que le réalisateur a eu l’intelligence de s’entourer d’une fine équipe déjà rompue au genre. Le chef-opérateur, David BOYD a aussi travaillé sur l’excellente série à succès bien mérité The Walking Dead, le compositeur, Joseph BISHARA a lui aussi de la bouteille en matière de musique de films flippants. Un bon point et qui paye bien.

Au final, mes impressions après visionnage de Dark skies penchent plutôt vers le positif malgré les quelques écueils cités. Le film n’a strictement rien d’original mais il est bien fait et par des pros du genre. Un petit film sympa qui ravira les amateurs de « Rencontre du 3ème type ».

DARKO