Après Robert Z’Dar, le second chapitre de notre dossier consacré aux sales gueules du cinéma bis porte sur Michael Berryman. Ca ne vous dit rien? Lisez plutôt ce qui suit…

A l’instar de Robert Z’Dar, Berryman est surtout connu pour son physique plus que disgracieux, et a été cantonné à des rôles de films d’horreur exploitant son aspect de “freak” plutôt que pour son jeu d’acteur.

Né en 1948, il est atteint dès la naissance d’un syndrome au nom long comme le bras “Christ-Siemens-Touraine”. Le pauvre a pris un mauvais départ et s’est retrouvé sans système pileux, sans glandes sudoripares et sans ongles, il avait déjà tout pour plaire. En bonus il avait également un problème de boîte crânienne. Celle-ci était soudée, sans fontanelle. Alors pour éviter l’écrasement de sa cervelle lors de sa croissance, il dût subir une lourde opération pour remodeler l’os de son crâne, ce qui lui donna cette forme conique que l’on connaît bien.

Son apparence repoussante l’amène à laisser les humains de côté pour se rapprocher des animaux, qui contrairement à l’Homme n’ont aucun a priori sur le physique. Il se met à rêver de devenir vétérinaire…malheureusement son syndrome a rendu ses doigts partiellement insensibles. Totalement blasé et ne sachant pas quoi faire de sa foutue vie, il décide de partir au gré du vent pour atterrir en Californie où il ouvrira une boutique pour laquelle il a parfaitement la gueule de l’emploi : il sera fleuriste. Oui madame.

Sans le savoir son destin va alors basculer. Un jour, alors qu’il composait son plus beau bouquet, il reçut la visite de George Pal, célèbre producteur Hollywoodien qui lui proposa un rôle dans son prochain film : Doc Savage, gros nanar s’il en est. Bien qu’il fût un échec, cela lui a ouvert les portes du casting de Vol au dessus d’un nid de coucou (1975) de Milos Forman. Mais le film qui lui assurera une notoriété internationale est celui de Wes Craven : La colline a des yeux (1977). Il campera le rôle inattendu d’un des dégénérés cannibales vivant dans le désert. En tant que fan de film d’horreur, le petit Michael était ravi. Son rôle n’est pas majeur mais son physique improbable lui vaudra d’apparaître sur tous les supports de promotion.

A partir de là, il n’aura plus de soucis à se faire et enchaînera les rôles dans toutes sortes de films de série B et Z. Il retrouvera Wes Craven à plusieurs reprises pour La ferme de la terreur (1981) avec Ernest Borgnine et Sharon Stone (oui oui, casting de rêve) et la suite de La colline à des yeux (1985).

Michael BerrymanMichael Berryman

Surfant sur sa notoriété, il va se voir offrir un rôle de sadique par Ruggero Deodato, un des maîtres de l’horreur, l’auteur de Cannibal Holocaust (1980), dans Amazonia : la jungle blanche (1985) puis dans Les Barbarians (1987) avec les frères Peter et David Paul, les deux jumeaux abrutis plein de testostérone stars des nanars 80’s.

Parmi ces rôles notables, on compte un rôle de tueur à gages dans Armés pour répondre (1986) de Fred Olen Ray où il affronte les regrettés David Carradine et Lee Van Cleef. On le retrouve également dans Dar l’invincible 2 (1992) aux côtés de Robert Z’Dar, dans l’adaptation mémorable du jeu vidéo Double Dragon (1994), After shock (1990) etc… On a pu le voir dans des productions un peu plus importantes comme dans la franchise Star Trek ou dans la série X-Files où son physique a également fait des merveilles.

Il a malhreusement raté deux grosses occasions d’accroître sa notoriété auprès du grand public. La première, pour le film Freddy, les griffes de la nuit de Wes Craven avec qui il avait déjà travaillé 3 fois. Il était fortement pressenti pour incarner le croque-mitaine mais il a finalement été écarté pour laisser la place à Robert Englund. L’autre rôle tombé dans l’oubli est celui du Skull CowBoy dans le film The Crow (1994) d’Alex Proyas. Brandon Lee étant décédé prématurément sur le tournage, il a fallu remanier le script. Cela eu pour conséquence de supprimer toutes les scènes avec notre bonhomme. Dommage.

Dernièrement il s’est fait un nouvel ami en la personne de Rob Zombie qui l’a recruté pour ses films The Devil’s Rejects en 2005 et Lords of Salem cette année.

Son jeu d’acteur étant souvent bien au-dessus de l’acteur de nanar de base, il est cependant toujours cantonné aux mêmes types de rôles, du fait de sa gueule . Au-délà du cinéma, Michael a d’autres passions qui l’animent. C’est un écologiste chevronné qui a à coeur de défendre la cause des animaux. Il est également très impliqué dans l’aide et le soutien des enfants handicapés. Notre Cotillard internationale lui dirait sans aucun doute “T’es vraiment une belle personne Michael”.

Filmographie sélective

  • 1975 : Doc Savage arrive de Michael Anderson : Le médecin légiste
  • 1975 : Vol au-dessus d’un nid de coucou de Miloš Forman : Ellis
  • 1977 : La colline a des yeux de Wes Craven : Pluto
  • 1977 : Un autre homme, une autre chance de Claude Lelouch
  • 1981 : La Ferme de la terreur de Wes Craven : William Gluntz
  • 1985 : La colline a des yeux 2 de Wes Craven : Pluto
  • 1985 : Une créature de rêve de John Hughes : Le motard mutant
  • 1986 : Golden Child : L’Enfant sacré du Tibet de Michael Ritchie : Homme de main ou « ce singe a la poubelle » -non crédité au générique-
  • 1986 : Star Trek 4 : Retour sur Terre de Leonard Nimoy
  • 1987 : Les Barbarians (The Barbarians) de Ruggero Deodato : Le Grand Bourreau
  • 1990 : Solar Crisis de Richard C. Sarafian
  • 1994 : Double Dragon de James Yukich
  • 1995 : X-Files : Aux frontières du réel (TV) : Owen Lee Jarvis (épisode 3-11 « Révélations »)
  • 2005 : The Devil’s Rejects de Rob Zombie : Clevon
  • 2007 : Brutal de Ethan Wiley : Leroy Calhoun
  • 2007 : Ghost Poker (Dead Man’s Hand) de Charles Band : Gil Wachetta
  • 2009 : Smash Cut
  • 2013 : The Lords of Salem de Rob Zombie : Virgil Magnus
Michael BerrymanMichael BerrymanMichael Berryman
Michael BerrymanMichael BerrymanMichael Berryman
Michael BerrymanMichael BerrymanMichael Berryman

FONZI