Film projeté au Festival du film fantastique de Gérardmer 2013 lors de la Nuit Fantastique.

Synopsis

Dans la ville de Maaskantje (n’essayez pas de le prononcer vous allez vous déboiter la machoire), aux Pays-Bas (ce qui nous change des contrées anglophone habituelles) une bande de traine-savates au look avant-gardiste des années 80, surnommée les New Kids – Gerrie, Richard, Rikket, Robbie et Barry – ont une dent contre les hooligans de Schijndel, bled tout aussi charmant de la même contrée. Cette rancoeur entre les deux bandes rivales et éclairées va être le point de départ d’une série de batailles rangées et courses de voitures façon La Fureur De Vivre. Nos deux comparses réal ayant eu envie de faire un long qui se tient, l’histoire ne s’arrête pas là, et notre joyeuse bande finit par se faire arrêter par la police. Leur seul moyen de rédemption sera alors d’accepter une mission suicide dans un bled encore plus paumé que le leur afin de repousser une bande de zombies infectés à la suite d’un crash de météorite.

LA CRITIQUE

Découvert lors de la dernière édition du festival du film fantastique de Gérardmer, durant une soirée atypique de films qui ne le sont pas moins, cette production a été une surprise totale. Après un Dead Sushi très sympathique mais épuisant, j’avais besoin d’un sacré remontant et n’ayant plus un sou en poche, impossible de me faire un coca ou autre boisson aussi énergisante que cancerigène. M’apprêtant donc à rejoindre mon lit, les premières images m’intriguent. Mais surtout, ce sont les réactions quasi immédiates du public qui m’ont scotché à mon siège. Le film produit son effet. Les aficionados commencent à affluer lorsqu’à l’écran un des personnages, par ailleurs totalement anecdoctique, se fait exploser la cervelle… gratuitement. Cohue dans une salle pleine à craquer. Je comprends dès lors que New Kids Nitro allait me maintenir éveillé durant 1h30.

Et j’ai eu mille fois raison de rester assis car la scène d’ouverture passée, je découvre un générique digne de celui des meilleurs blockbusters du moment. Graphique, percutant, sur fond de techno eighties mais tellement entraînante, couplé à la scène d’ouverture, il résume à merveille tout ce qui suivra. Pas ou peu de temps mort, le film enchaîne les situations burlesques, gores, ridicules, trash et souvent musclées.

New Kids Nitro - Critique
New Kids Nitro - Critique
New Kids Nitro - Critique

Peur de la répétition et de la lassitude de ce genre de film ? Aucune crainte. Non pas qu’il y ait une réelle histoire, mais les réalisateurs également scénaristes de New Kids Nitro ont réussi le tour de force de renouveler chacune des situations. Même les plus burlesques restent surprenantes et souvent même répugnantes ce qui rend l’affaire d’autant plus jouissive.

Techniquement, la réalisation est à la hauteur des gags qu’elle met en image. Maitrisée, vive, elle est parfaite dans son contexte. Rares sont les films du même style que j’ai pu voir qui allient aussi bien narration et mise en image.

Cela dit ne vous attendez pas à un chef d’oeuvre d’une profondeur abyssale. Tout est donné à voir, là de suite, pour le plus grand plaisir de nos yeux et de nos machoires. L’histoire n’est bien entendu ici qu’un prétexte à montrer chaque personnage dans une situation qui met en avant ses qualités (?) propres et à faire littéralement exploser de rire et de dégoût son public.

Seule la fin du film m’a paru quelque peu facile à l’image d’un film français dont je tairai le nom avec un personnage blond qui “casse”… quoique la séquence/générique toute finale rattrape ce léger dérapage rappelant qu’on a vraiment tous pissé de rire devant cette très sympathique trouvaille néerlandaise.

VALGUR