Les années 2000 marquent le début de sa carrière. Le premier film qu’il réalise en 2004 est le long métrage Kongekabale. Le succès de ce film à la fois au Danemark et dans le monde anglo-saxon l’encourage à réaliser un film fantastique en hommage à Spielberg et au film E.T., qui a marqué toute sa génération. Il passe les trois années suivantes à réaliser le film fantastique, L’île aux sorciers, qui connaît lui aussi une petite reconnaissance internationale. En 2010, il réalise Sandheden om mænd ou Truth about Men à l’international.

En 2012, le film Royal Affair reçoit un véritable succès auprès du public. Pour son quatrième long métrage, Nikolaj Arcel retrace une période de l’histoire du Danemark qui se déroule dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Le film à la fois historique et dramatique relate la relation amoureuse du médecin du « roi fou » Christian VII, Johann Friedrich Struensee et de la reine Caroline-Mathilde, couple politique qui, à la tête de l’État danois, mit en pratique les idées des Lumières. Récompensé à la Berlinale de 2012, le film est aussi nominé en 2013 à la 85e cérémonie des Oscars (meilleur film en langue étrangère).

Il réalise et scénarise en 2017 le film La Tour Sombre, adapté de la saga de Stephen King.

(Source : Wikipédia)

On l’a vu, on vous en parle :