Synopsis

Greg, un des enquêteurs qui est venu aider Emilia à obtenir des réponses sur les phénomènes qui se passent chez elle, réussit à s’enfuir après qu’Emilia ait été possédée par « Baduk », l’esprit malin résidant dans sa maison. Greg va monter un plan afin d’exorciser Emilia et libérer sa maison des forces du mal qui l’oppresse.

Valg : Oppression 2 est une suite pas totalement directe du volet précédent. Même personnages, même lieu, même équipe, mais avec une subtilité narrative pas mal du tout. L’histoire reprend avant la scène finale de l’opus précédent et repart sur le point de vue du personnage de Greg pour matcher à nouveau et aller plus loin dans l’histoire. De par ce choix on est au coeur de l’action, le climat oppressant ayant déjà été installé par le premier sans redondance. Cela implique bien sûr d’avoir vu Oppression premier du nom.

Darko : je trouve ce second et ultime volet d’Oppression plus dynamique que son prédécesseur et effectivement, on entre plus rapidement dans l’action puisqu’on connait déjà les personnages et leurs liens. Je te rejoins Valg sur le changement de point de vue qui donne un effet sympa à la narration. Pour le casting, un petit bémol pour la prestation du passeur d’âmes qui aurait peut-être pu mettre un peu plus de coeur à l’ouvrage mais bon, on n’est pas dans du pro non plus en même temps. Autrement, je remarque aussi que ce second volet est à la fois plus court et plus dense que le premier. Quelques bons effets visuels pas mal maîtrisés dans l’ensemble. Le tout reste dans la continuité du premier volet. Un essai dans l’ensemble réussi pour le jeune réalisateur, Lilian Flamant qui devrait poursuivre et explorer davantage la voie des films de genre afin de parfaire sa technique.

Fonzi : Moi j’ai trouvé ce deuxième volet plutôt encourageant et plus abouti que le premier. Effectivement on rentre tout de suite dans le vif du sujet. Il y a une bonne tension qui ne retombe pas et monte plutôt crescendo. J’ai bien apprécié l’utilisation du son en général. Les musiques sont bien choisies et appuient l’action au bon moment et le dosage des sons n’est pas dans la surenchère et l’excès. Comme tu dis Darko, cela reste un court-métrage amateur et non pro avec les défauts que cela peut impliquer de rythme, de jeu des acteurs, de cadrage de certaines séquences mais l’ambiance est bien présente et l’intention excellente. Je suis curieux de voir les prochains films de Lilian qui est un réalisateur prometteur !

Valg : Le côté condensé est peut être un peu trop marqué sur les dernières minutes que j’aurai bien vu un peu plus approfondies. Faut quand même avouer que l’exorcisme final est un poil torché, à tel point que même dans l’histoire il ne fonctionne pas 😀 Ce point mis à part, on peut dire globalement que, malgré les quelques défauts dus aux moyens limités, Oppression 2 confirme le talent de son jeune réalisateur qui, il faut le souligner, n’a pas 20 ans si je ne dis pas de conneries. Ce court en 2 volets montre une maturité rare pour cet âge là. Perso, je ne peux qu’encourager Lilian à poursuivre sa recherche, son expérimentation de ce genre qu’il commence à pas mal maîtriser aussi bien en terme d’écriture que de réalisation.

Si cette petite discussion vous a intéressé et que ce format de discussion vous plait, laissez un petit j’aime sur cet article, cela nous aide à peaufiner le contenu et la forme des articles qu’on vous destine.