park_chan_wook

Park Chan-wook a le cinéma dans les veines depuis toujours. Il va d’ailleurs créer un club pour les amateurs du 7e art durant ses études. Un peu dans le genre club d’échecs mais sans les têtes d’ampoule. Quelques années plus tard, en 1992, il se décide à sortir son premier long, The Moon is the Sun’s Dream, un film de gangsters. Il s’impose comme l’un des cinéastes majeurs du renouveau du cinéma coréen avec Joint Security Area (2000) qui reçoit de nombreuses récompenses, comme le prix du Meilleur film et du Meilleur réalisateur au Festival du film asiatique de Deauville. Sa montée en puissance va continuer et atteindre une sorte d’apogée avec sa trilogie de la vengeance débutée par Sympathy for Mr Vengeance réalisé en 2002 qui va lui attirer une reconnaissance internationale. En 2004, il remporte le Grand Prix du Festival de Cannes pour son désormais culte Old Boy. La trilogie se termine par Lady Vengeance en 2005 qui reçoit trois prix à la Mostra de Venise. En 2006, il va tenter une nouvelle expérience, la comédie romantique surréaliste avec Je suis un cyborg. Thirst est un projet qui fermentait depuis 10 ans dans ses cartons jusqu’à ce qu’il le réalise en 2009, ce qui lui vaudra le prix du jury à Cannes la même année. Pour son film Stoker, il tente l’aventure américaine avec un film d’horreur mettant en scène Nicole “Botox” Kidman.

On les a vus, on vous en parle :