Ron Perlman

De toutes les sales trognes que l’on traitera dans ce dossier, Ron Perlman est sans nul doute l’une des plus fameuses et dont la filmo est l’une des plus riches.

Ronald, alias Ron alias l’Homme Babouin est né en 1950 à Washington Heights, New-York dans une famille juive d’une mère employée municipale et d’un père mécanicien et batteur de jazz. A ses heures perdues, celui-ci jouait avec le groupe du grand Artie Shaw, sans mauvais jeu de mot. Ron était très proche de son père qui lui a transmis la fibre artistique et lorsque celui-ci le vit pour la première fois lors d’une représentation théâtrale donnée à l’université, il a alors poussé son fiston à persévérer et exercer sa passion.

Son enfance n’a pas été malheureuse mais son physique ne lui facilita pas la vie dans ses premières années d’existence. Il déclare dans une interview en 1988 : “Ce n’était pas une enfance malheureuse, mais … j’ai eu une perception de moi-même très négative, j’étais terriblement en surpoids étant enfant, et en quelque sorte cela me renvoyait une image de moi-même plutôt minable”. On se moquait beaucoup de lui pour son visage aux allures simiesques ce qui ne fit qu’accroître son manque de confiance en lui. Ron a su rebondir et se sert aujourd’hui de son expérience pour les rôles de personnages difformes mais attachants qu’il affectionne tant.

Ron Perlman
Ron Perlman

Ron a commencé sa carrière sur les chapeaux de roue en jouant dans La guerre du feu de Jean-Jacques Annaud en 1981. Il enchaîna ensuite moult rôles mineurs dans divers séries et films jusqu’à ce qu’il décroche le rôle de “La Bête” dans La Belle et la Bête aux côtés de Sarah Connor, Linda Hamilton star de l’époque entre 1987 et 1990. Il ira même gagner le Golden Globe pour sa belle prestation.

Depuis 30 ans ses films les plus notables sont Le Nom de la rose de JJ Annaud en 1986, Romeo is Bleeding (1993), The Adventures of Huck Finn (1993), Police Academy: Mission to Moscow (1994), The Last Supper (1995), The Island of Dr. Moreau (1996), Alien Resurrection(1997), Enemy at the Gates (2001), Blade II et Star Trek Nemesis (2002) et deux adaptations de nouvelles de Stephen King : Sleepwalkers et Desperation. On a même pu le voir dans Highlander la série avec le mythique Adrian Paul. Il faut dire que tout le monde a eu droit à son apparition dans cette série : de Roger Daltrey (leader du groupe The Who) à Frank Dubosc en passant par Marion Cotillard, Joan Jett ou Lorànt Deutsch. Bref, que des références…

Il joua son premier rôle principal en 1995 dans La Cité des enfants perdus de Jean-Pierre Jeunet et Marc Caro. Il était le seul pour ce film à ne pas parler français et a donc appris toutes ses répliques sans en comprendre un traître mot. Puis en 2004 vînt Hellboy, le héros cornu qui le fît connaître définitivement aux yeux du monde. Del Toro s’est battu pour l’imposer à la production qui souhaitait davantage quelqu’un comme Vin Diesel. Actuellement Ron joue l’un des rôles principaux de la série de bikers Sons Of Anarchy.

Ron Perlman

Sa carrière est riche et a été principalement marquée par ses rôles ayant nécessité du maquillage, recouvrant parfois la totalité de son corps ou simplement son visage avec une prothèse faciale. A sa manière, Ron est un peu le Lon Chaney des temps modernes, “l’homme aux mille visages”, connu principalement pour son rôle dans Le Fantôme de l’Opéra en 1925. Cette tendance commence peut-être à s’inverser et l’on voit de plus en plus Ron sous son vrai visage.

Ce que l’on sait moins dans la carrière de notre « freak » c’est qu’il a su également exploiter sa voix particulière profonde et rocailleuse et été très prolifique dans le domaine du doublage. Sa voxographie est plutôt dense, tant dans l’animation, notamment dans les adaptations en dessins animés de comics américains que dans les jeux vidéos comme FallOut ou Halo.

Ce qu’il faut retenir je pense c’est que Ron Perlman n’a pas démarré dans la vie avec les meilleures chances : “I was not dealt the best physical hand in the world. My nose didn’t fit my mouth. My forehead didn’t fit my cheeks. And those are traditionally the years when a boy is judged primarily on his looks. So, consequently, I suffered from very low self- esteem. In a sense, I had a beast inside me. That beast was fear and insecurity.” En résumé, c’était plutôt mal barré pour lui mais il a su se servir de ces “faiblesses” pour en faire des forces. Cela lui aura permis d’être connu et reconnu mondialement en se constituant une très large base de fans et d’avoir joué avec des très grands : Marlon Brando, Sean Connery, Dominique Pinon, Brad Dourif, Ed Harris, John Hurt, Jude Law, Christina Ricci, Federico Luppi, Sigourney Weaver, Michael Wincott, Elijah Wood et d’autres… Change rien Ron, c’est toi le meilleur !

Ron Perlman

Filmographie sélective

  • 1981 : La Guerre du feu de Jean-Jacques Annaud : Amoukar
  • 1986 : Le Nom de la rose de Jean-Jacques Annaud : Salvatore
  • 1993 : Cronos de Guillermo del Toro : Ángel de la Guardia
  • 1993 : Les Aventures de Huckleberry Finn de Stephen Sommers : Pap’ Finn
  • 1994 : Police Academy : Mission à Moscou d’Alan Metter : Konstantine Konali
  • 1995 : La Cité des enfants perdus de Jean-Pierre Jeunet : One
  • 1996 : L’Île du docteur Moreau de John Frankenheimer : Sayer of the Law
  • 1997 : Alien, la résurrection de Jean-Pierre Jeunet : Johner
  • 1997 : Prince Vaillant d’Anthony Hickox : Boltar
  • 2001 : Stalingrad (Enemy at the Gates) de Jean-Jacques Annaud : Koulikov
  • 2001 : L’Ascenseur (niveau 2) de Dick Maas : Mitchell
  • 2002 : Blade 2 de Guillermo del Toro : Reinhardt
  • 2003 : Les Looney Tunes passent à l’action de Joe Dante : un des vice-présidents ACME de Mr. Chairman
  • 2003 : Star Trek : Nemesis de Stuart Baird : le vice-roi Rémien
  • 2004 : Hellboy de Guillermo del Toro : Hellboy
  • 2006 : King Rising, au nom du roi, d’Uwe Boll : Norick
  • 2008 : Hellboy II : Les Légions d’or maudites (Hellboy II: The Golden Army) de Guillermo del Toro : Hellboy
  • 2008 : Outlander : Le Dernier Viking d’Howard Mc Cain : Gunnar
  • 2008 : The Mutant Chronicles (Mutant Chronicles) de Simon Hunter : Frère Samuel
  • 2011 : Le Dernier des Templiers de Dominic Sena : Felson
  • 2011 : Drive de Nicolas Winding Refn : Nino
  • 2011 : Conan de Marcus Nispel : Corin
  • 2012 : Le Roi Scorpion 3 : L’Avènement d’un mort de Roel Reiné
  • 2013 : Pacific Rim de Guillermo del Toro
Ron Perlman
Ron Perlman
Ron Perlman
Ron Perlman
Ron Perlman
Ron Perlman
Ron Perlman
Ron Perlman
Ron Perlman

FONZI