Épisode 1 : Pilot – Épisode 2 : See

Valgur : Contrairement aux bonnes séries habituelles, Preacher pose le cadre lentement. Le pilote d’une durée de plus d’une heure prend le temps d’installer l’ambiance particulière de la série. Il y a peu de rebondissements. Il faut donc s’accrocher mais on découvre le côté barré des différents personnages de manière presque subtile ou du moins de façon inattendue lors de discussion banale sans aucun effet dramatique. C’est assez atypique.

Fonzi : Moi j’ai eu un peu de mal avec ce parti pris de la « lenteur » pour l’épisode pilote… ça crée quelques longueurs et quelques temps morts mais sans pour autant regarder sa montre par ennui. C’est vrai qu’habituellement on a plutôt un premier épisode pilote hyper dynamique qui donne le ton d’emblée (histoire de bien convaincre les producteurs et tout le monde de mettre du fric dedans) mais ça retombe assez nettement sur les épisodes suivants. Du coup, je suis légèrement inquiet concernant les prochains épisodes de Preacher…mais curieux de les découvrir. Ici les personnages principaux sont posés, et les principales fulgurances de ce premier épisode se trouvent selon moi lors des séquences d’introduction de Cassidy et Tulip, deux des personnages principaux de la série. Il y a du sang, de l’action bad ass et de la vanne. Un bon cocktail.

AMC_PREACHER_img2

Darko : Oui, je suis assez d’accord sur la lenteur assez pénible au démarrage pour l’épisode pilote. Je vais être un peu sévère mais j’avoue que ce premier épisode m’a laissé quelque peu perplexe. Il se trouve que je suis en train de lire la BD du Preacher et la comparaison est inévitable. D’abord sur le casting, perso, je trouve le personnage de Jesse Custer trop lisse par rapport à celui de la BD qui a un côté plus fun et négligé style bad boy. Celui de la série est trop propre sur lui notamment avec sa coupe de cheveux stylée. Même chose pour le personnage de Tulip et celui de Cassidy assez éloigné physiquement de ceux de la BD.

Alors que la BD démarre au quart de tour avec des points d’accroche percutants qui donne au lecteur une envie irrésistible quasi addictive de découvrir les tomes suivants, le pilote de cette série peine à donner envie… Faut se forcer un peu quand même mais ça vaut peut-être le coup de persévérer. En tous cas, je partage un peu ton inquiétude Fonzi sur les prochains épisodes de cette série…

On est en mode diesel, le démarrage est long mais ça va tenir la route.

V : Je ne me souviens pas bien de la BD mais concernant le rythme de la série, l’épisode 2, plus court, lance une intrigue qui commence à me tenir en haleine. On a du gore, on a plusieurs trames qui posent question et dont on ne dévoile pas grand chose. Et le final de cet épisode qui concerne les pouvoirs naissants de Jesse donne carrément envie de voir la suite. Je pense, du moins j’espère, qu’on est face à une série qui nécessite de s’accrocher un peu sur les premiers épisodes. On est en mode diesel, le démarrage est long mais ça va tenir la route. L’ambiance générale et la mise en scène sont trop bien choisies pour être un flop.

AMC_PREACHER_101_TAS-800x450

F : Moi j’ai débarqué sur cette série totalement vierge de toute référence par rapport à la BD. Je ne connaissais pas avant que Valg poste une news sur cette série télé à venir sur notre page Facebook il y a quelque temps. Du coup je ne connais pas l’aspect physique des personnages à l’origine et je peux donc juste me prononcer sur le choix du casting par rapport à ce que je perçois des personnages. Et c’est vrai, Dominic Cooper peu connu du grand public mais plutôt bon acteur manque peut-être un peu de gueule et de charisme pour ce rôle de révérend badass. Comme l’a souligné Darko, sa coupe de cheveux hipster ne facilite pas les choses. Pour ma part, dans l’épisode 2 le scénario m’a semblé un peu plus linéaire. Le cadre est posé, on ne part pas dans plusieurs directions sans vraiment comprendre ce qui lie les choses et il n’y a plus cette sensation de temps morts. On sent qu’on rentre déjà dans le vif du sujet. Du coup cet épisode m’a plutôt enthousiasmé compte tenu des doutes que j’émettais sur le pilote. Je suis bien d’accord avec Valg pour l’ambiance et la mise en scène qui peuvent selon moi rappeler l’univers de Robert Rodriguez et notamment Une nuit en enfer. Le cliffhanger final de ce second épisode est parfait, ce qui manquait aussi à l’épisode précédent.

On retrouve ici l’humour un peu décalé de la BD

D : Effectivement, je trouve aussi que l’épisode 2 tient mieux la cadence que le pilote. La scène gore dans l’église avec Cassidy est terriblement efficace! On retrouve ici l’humour un peu décalé de la BD. Niveau intrigue, l’épisode lance plusieurs pistes et on voit apparaitre brièvement  un personnage crucial de la série (je n’en dis pas plus ici). Ca donne envie de découvrir la suite. En revanche, niveau casting, mes impressions du début se confirment à savoir, je trouve que les acteurs qui incarnent Jesse Custer et Tulip ne sont pas à la hauteur des personnages de la BD. Jesse Custer est à la fois bon et dur voire même violent quand il le faut. Ca fait écho à son passé. Dominic Cooper que je ne connaissais pas avant n’est pas franchement mauvais mais j’ai du mal à percevoir son côté dur. Quant à Tulip, il lui manque le côté fun et sexy (dans la BD, elle est dingue de Jesse et limite nympho quand elle est avec lui). Les deux sont dans une relation quasi fusionnelle. On ne ressent pas du tout ce lien dans la série. C’est bien dommage. Cassidy est peut-être celui qui tient le mieux son personnage je dirais ex aequo avec tête de fion que l’on découvre aussi dans ce deuxième épisode.

 

Dans un prochain article nous parlerons des épisodes 3 : The Possibilities et 4 : Monster Swamp !

 

LA SECTE