Score 0/18

Pour chacun de ces terrifiants regards, il va vous falloir découvrir le nom du monstre correspondant. Attention ! Si certaines énigmes sont très faciles, d’autres sont beaucoup plus ardues ! Un petit coup de pouce : ces « rétro-monstres » ont tous été les personnages de films ou de séries cultes qui couvrent la période 1925-1970, possiblement les premiers ou les plus marquants d’une franchise, mais pas forcément !

Allez, on commence sans plus tarder, Lepers en est déjà à son 5ème rail de coke !… À toi, Julien !

Retro-Monsters_1

Top ! Je suis le patriarche d’une série TV en 70 épisodes, diffusée sur CBS de 1964 à 1966, et qui raconte la vie d’une famille plutôt… disfonctionnelle… Tantôt irritable, tantôt sarcastique, je suis chimiste à mes heures « perdues », et pour cause, mes expériences offrent rarement le résultat escompté ! Si je ne suis pas exactement le papi-gâteau dont rêveraient tous les enfants, mon patronyme qui glace le sang, mes origines « trans », ainsi que mon immortalité me rendent très populaire auprès de mes émules gothiques de Mockingbird Heights. Je suis… Je suis…?

  1. Le Joker
  2. Grandpa Munsters
  3. Le Pingouin

Réponse :
GRANDPA MUNSTERS / SAM DRACULA (Al Lewis), comte de Transylvanie, dans la série The Munsters, créée par Allan Burns et Chris Hayward pour Joe Connelly et Bob Mosher (Kayro-Vue Productions), série concurrente de la non moins célèbre The Addams Family.

reponse1_daniel-r-horne
reponse1_1
reponse1_2
reponse1_3
Retro-Monsters_2

Top ! Je suis une icône du cinéma d’horreur et, surtout, le premier monstre de l’ère industrielle puisque l’on peut me monter en kit et que je marche à l’électricité ! Si je suis un grand sentimental, c’est que mon physique n’est pas mon meilleur atout et, si j’avais un peu d’humour – mais mon intelligence n’est pas non plus mon meilleur atout -, je dirais que mon créateur m’a fait la tête au carré et que c’est sans doute pour ça que les enfants me jettent des pierres… En fait, le vrai responsable, c’est mon maquilleur, Jack Pierce, un pervers qui déteste les acteurs… Il m’a même transformé en momie un an plus tard… Je suis… Je suis…?

  1. Franck Ribéry
  2. Raymond Barre
  3. La Créature de Frankenstein

Réponse :
LA CRÉATURE DE FRANKENSTEIN (Boris Karloff ), dans Frankenstein (1931), réalisé par James Whale pour Universal Pictures.

reponse2_daniel-r-horne
reponse2_1
reponse2_2
reponse2_3
Retro-Monsters_2

Top ! Premier de mon espèce, je suis un personnage lunatique qui maîtrise mal ses pulsions. Si on me qualifie de « prédateur sexuel », de « sociopathe » ou encore de « misanthrope », je suis avant tout anti-matérialiste puisque je n’aime pas l’argent. Inadapté à mon environnement, je bave beaucoup et laisse des poils sur le canapé. Néanmoins, il ne faut pas me confondre avec une version beaucoup plus poilue jouée par Lon Chaney Jr. en 1941. Mon look épuré a tellement frappé les esprits qu’il fut repris par Jack Nicholson 59 ans plus tard, avec le même succès. Je suis… Je suis…?

  1. Docteur Glendon
  2. Le Loup-Garou du Connecticut
  3. Docteur Mabuse

Réponse :
DR. GLENDON / LE LOUP-GAROU DE LONDRES (Henry Hull), dans Werewolf of London (1935), réalisé par Stuart Walker pour
Universal Pictures.

reponse2_daniel-r-horne
reponse2_1
reponse3_2
reponse3_3
Retro-Monsters_2

Top ! Je suis un monstre culte joué par un acteur culte, mais je ne suis pas celui que vous croyez. Mon personnage a été mis en scène par le mythique Tod Browning, trois ans après sa monstrueuse parade et quatre ans après m’avoir transformé pour la première fois en prince des ténèbres. Le film, dans lequel j’incarne un père possessif d’outre-tombe, a été coupé de 14 minutes à sa sortie par MGM, car j’y entretenais une relation implicitement incestueuse avec ma propre fille, raison pour laquelle je me suis d’aillleurs tiré une balle dans la tête… Pour avoir voulu échapper à la morale des vivants et à leur justice, le Dieu des honnêtes gens aurait fait de moi une créature de la nuit. Je suis… Je suis…?

  1. Le Comte Zaroff
  2. Le Comte Dracula
  3. Le Comte Mora

Réponse :
LE COMTE MORA (Bela Lugosi), dans Mark of the Vampire (1935), réalisé par Tod Browning pour Metro-Goldwyn-Mayer.

reponse2_daniel-r-horne
reponse2_1
reponse4_2
reponse3_3
Retro-Monsters_2

Top ! Je suis un personnage basé sur un roman de H.G. Wells, mais je suis aussi un innocent condamné à mort pour un crime qu’il n’a pas commis. Grâce au Dr. Frank Griffin, le frère de mon illustre aîné de 1933, je parviens à tromper les sens de ceux qui me pourchassent et tente de me disculper. Je suis interprété par un acteur qui sera abonné aux séries B d’horreur à partir des années 1960, soit vingt ans plus tard, mais la « particularité » du rôle lui offrit sans doute le tournage le plus cool de sa carrière puisqu’il n’apparaît visuellement qu’une minute à l’écran. Je suis… Je suis…?

  1. L’Homme Invisible
  2. La Momie
  3. Darkman

Réponse :
L’HOMME INVISIBLE (Vincent Price), dans The Invisible Man Returns (1940), réalisé par Joe May pour Universal Pictures.

reponse2_daniel-r-horne
reponse2_1
reponse4_2
reponse3_3
Retro-Monsters_2

Top ! Je suis une créature à laquelle Boris Karloff a donné ses lettres de noblesse, mais je ne suis pas Boris Karloff. Les trois films dans lesquels j’apparais réunissent les plus grandes stars du cinéma fantastique, mais je ne suis pas une star. Dans lepremier film de monstres à m’avoir donné ma « chance », Boris Karloff me donne la réplique, pas de chance ! Et pourtant, l’explosion des jouets et autres figurines au cours des années 50-60 a permis au grand public de m’associer durablement au monstre que j’incarne. Au point qu’en 1959, le New York Yimes a publié une photo de moi incarnant le monstre rendu célèbre par Karloff… c’était la consécration ! Sauf que l’article en question était une nécrologie de… Boris Karloff !!! Je suis… Je suis…?

  1. La Momie
  2. La Créature de Frankenstein
  3. La doublure de Boris Karloff

Réponse :
LA CRÉATURE DE FRANKENSTEIN (Glenn Strange), dans House of Frankenstein (1935), réalisé par Erle C. Kenton pour Universal Pictures. Le film réunit aussi Boris Karloff (le savant fou), Lon Chaney, Jr. (le Loup-Garou) et John Carradine (Dracula) et constitue une « séquelle » de Frankenstein Meets the Wolf Man (1934). Le concept de réunir des monstres à l’écran sera repris dans House of Dracula (1945), ainsi que dans la comédie Abbott and Costello Meet Frankenstein (1948).

reponse2_daniel-r-horne
reponse2_1
reponse6_2
reponse3_3
Retro-Monsters_2

Top ! Je suis monstrueux, et c’est un euphémisme, tant la nature s’est soulagée sur mon berceau. Ceci expliquant cela, je suis un grand sensible et cache ma fragilité derrière des formes disgrâcieuses qui témoignent aussi, sans doute, d’une enfance difficile en banlieue parisienne. Heureusement, mon goût pour la belle architecture , les belles femmes et la vie de bohême m’a poussé à traverser le périph’ et à tenter ma chance dans la littérature et le cinéma. Mais pour le rôle du héros, le vrai, celui qui emballe la fille à la fin, je ne « correpondais pas au casting ». J’en ai vraiment plein le dos… Je suis… Je suis…?

  1. Mickaël Vendetta
  2. Lotney « Sinok » Fratelli
  3. Quasimodo

Réponse :
QUASIMODO (Charles Laughton), dans The Hunchback of Notre Dame (1939), réalisé par William Dieterle pour RKO Radio Pictures.

reponse2_daniel-r-horne
reponse2_1
reponse7_2
reponse3_3
Retro-Monsters_2

Top ! Je suis un personnage puissant et mystérieux qui vous enterrera tous et pourtant mon repos éternel est sans cesse interrompu par les hordes de touristes et leur cortège d’humiliations ordinaires : voyeurisme fruste et combi sandales / chaussettes, remarques désobligeantes des enfants et, bien sûr, le classique et incontournable marquage de territoire du petit chien de la grosse dame au chapeau vert. Si le monstre que je suis a été joué pour la première fois au cinéma en 1932 par un acteur réputé des studios Universal, mon personnage ne s’est développé qu’à partir de 1940 à travers un cycle de quatre films qui marquèrent l’Amérique, dont le premier joué par Tom Tyler. Dans les trois autres films, je suis incarné par le fils et héritier du plus grand acteur du cinéma muet. Je suis… Je suis…?

  1. Kharis la Momie (Lon Chaney Jr. / Universal Studios)
  2. Imhotep la Momie
  3. Kharis la Momie (Christopher Lee / Hammer Films)

Réponse :
KHARIS LA MOMIE (Lon Chaney Junior), dans The Mummy’s Tomb (1942), réalisé par Harold Young pour Universal Studios. Le cycle est constitué de The Mummy’s Hand (1940), le seul avec Tom Tyler, puis The Mummy’s Tomb (1942), The Mummy’s Ghost (1944) et The Mummy’s Curse (1944). Ce cycle est considéré comme un remake du tout premier film de momies, The Mummy (1932), avec Boris Karloff.

reponse2_daniel-r-horne
reponse2_1
reponse8_2
reponse3_3
Retro-Monsters_2

Top ! Mon personnage est l’un des premiers à introduire une mise en abîme de la condition de l’acteur dans le cinéma d’horreur. Mon histoire est celle d’un acteur vieillissant abonné depuis des années au même rôle dans des films d’horreur jusqu’au jour où l’on me suspecte d’avoir assassiné ma femme, sans pouvoir le prouver. Enfermé plusieurs années dans un asile, je retrouve enfin le rôle de ma vie pour une série télévisée, mais des meurtres évoquant le modus operandi de mon personnage commencent à frapper les membres de l’équipe de tournage. Je dois découvrir le coupable avant d’être accusé ou d’être la prochaine victime. Le plus fascinant dans cette histoire, c’est que l’histoire de mon personnage est aussi celle de l’acteur qui l’incarne… le légendaire Vincent Price, un acteur qui sera abonné aus séries B d’horreur des années 1960 aux années 1980. Je suis… Je suis…?

  1. Doctor Doom
  2. Paul Toombes / Docteur Death
  3. Paul Booth

Réponse :
PAUL TOOMBES / DOCTEUR DEATH (Vincent Price), dans Madhouse (1974), réalisé par Jim Clark pour Amicus Productions et American International Pictures. Pour des raisons de budget et afin de montrer des extraits crédibles de la filmographie – fictive – de Paul Toombes, Madhouse utilise des séquences des nombreuses collaborations entre Price et AIP, en particulier les adaptations d’Edgar Allan Poe réalisées par Roger Corman : The Haunted Palace, The Pit and the Pendulum, Tales of Terror, The Raven, House of Usher. Ainsi, les figures de Vincent Price (le véritable acteur), Paul Toombes (le personnage de l’acteur) et Docteur Death (le personnage joué par le personnage de l’acteur) se superposent, la vie et l’art se rejoignant.

reponse2_daniel-r-horne
reponse2_1
reponse9_2
reponse3_3
Retro-Monsters_2

Top ! Je suis un sujet de laboratoire qui restera célèbre pour avoir violemment rejeté le conjoint qui m’était destiné. Il faut bien avouer que face au manque de bon goût le plus élémentaire, il n’est pas évident de savoir raison garder… Surtout lorsque l’on est d’origine anglaise, n’est-ce pas ? Et pourtant, l’actrice qui m’incarne est resté mariée 33 ans au monstrueux Quasimodo, l’anti-héros du film de 1939, en la personne de Charles Laughton. Mon mari de cinéma, quant à lui, n’a pa été aussi patient dans la consommation du mariage : à peine avons-nous été présentés qu’il a tout fait sauter et nous a enseveli sous les décombres… Si j’avais su, j’aurais évité de faire ma première scène de ménage ! Je suis… Je suis…?

  1. Frankenweenie
  2. Lady Di
  3. La fiancée de Frankenstein

Réponse :
LA FIANCÉE DE FRANKENSTEIN (Elsa Lanchester), dans Bride of Frankenstein (1935), réalisé par James Whale pour Universal Pictures. Lorsque la fiancée créée pour le Monstre ouvre enfin les yeux, elle rugit de terreur face à l’abominable laideur de son prétendant, joué par Boris Karloff. Désespéré et fou de rage, ce dernier fait sauter le laboratoire.

reponse2_daniel-r-horne
reponse2_1
reponse10_2
reponse3_3
Retro-Monsters_2

Top ! Je suis un méchant qui n’a pas marqué l’histoire du cinéma, l’acteur qui m’incarne me jouant à visage découvert alors qu’il est surtout connu pour ses maquillages horrifiques et les interprétations inoubliables qui s’en suivirent. Néanmoins, le film dans lequel mon personnnage évolue a une particularité : il réunit au casting plusieurs générations de monstres sacrés du cinéma fantastique. Autre indice : il s’agit d’une adaptation aux résonnances burlesques d’un fameux poème d’Edgar Allan Poe dans laquelle je joue un magicien qui transforment ses adversaires en oiseaux de mauvaise augure. Je suis… Je suis…?

  1. Docteur Erasmus Craven
  2. Docteur Scarabus
  3. Docteur Adolphus Bedlo

Réponse :
DOCTEUR SCARABUS (Boris Karloff ), dans The Raven (1963), réalisé par Roger Corman pour American International Pictures. Le film réunit Peter Lorre, Boris Karloff, Vincent Price et même le jeune Jack Nicholson. Il fut écrit par le très renommé scénariste et écrivain Richard Matheson, l’auteur d’I Am Legend, The Shrinking Man, Hell House, Duel et nombre d’épisodes de The Twilight Zone. Pour la petite histoire, près de trente ans plus tôt, Karloff apparaissait dans un film éponyme auprès de Bela Lugosi.

reponse2_daniel-r-horne
reponse2_1
reponse10_2
reponse3_3
Retro-Monsters_2

Top ! Je suis un personnage qui représente un comédien célèbre spécialisé dans les rôles shakespeariens. Attendant les honneurs de l’ultime consécration, ma désillusion n’en est que plus forte lorsque neuf critiques de théâtre qui se sont attelés à saper ma carrière des années durant finissent par m’humilier définitivement en public en me refusant la plus haute distinction de la profession. Je fais une tentative de suicide, mais j’en réchappe, et alors que tous me croient mort, je reviens me venger en assassinant un par un chacun de ces gratte-papiers ! Reprenant la trame de meurtres illustres de la littérature, je suis sans pitié. Je suis… Je suis…?

  1. Edward Lionheart
  2. William « Braveheart » Wallace
  3. Richard the Lionheart

Réponse :
EDWARD LIONHEART (Vincent Price), dans Theatre of Blood (1973), réalisé par Duglas Hickox pour United Artists.

reponse2_daniel-r-horne
reponse2_1
reponse10_2
reponse3_3
Retro-Monsters_2

Top ! Je suis l’un des tout premiers monstres de l’histoire du cinéma, mis en scène trois seulement après le Nosferatu de Murnau. Je suis joué par le plus grand acteur du cinéma muet, « l’homme aux mille visages » et aux 200 films, qui se maquilla toujours lui-même. Je suis le chaînon manquant entre le monstre romantique du XIXème siècle et le monstre sociopathe post-moderne mais mon personnage a d’abord été l’anti-héros d’un roman français qui se déroule dans l’un des lieux les plus mythiques de la capitale. Un petit coup de pouce pour ceux qui hésitent encore : le livre a fait l’objet d’une adaptation de Dario Argento en 1998 et avait aussi inspiré une chanson à Iron Maiden sur leur tout premier album. Je suis… Je suis…?

  1. Kristian
  2. Kristoph
  3. Erik

Réponse :
ERIK / LE FANTÔME DE l’OPÉRA (Lon Chaney), dans The Phantom of the Opera (1925), réalisé par Rupert Julian pour Universal Pictures, tiré du roman fantastique de Gaston Leroux publié en 1910. Lon Chaney mourut cinq ans plus tard, en 1930, ce génie du transformisme restera dans les mémoires comme le plus grand maquilleur de l’histoire du cinéma. Après sa mort, sa célèbre trousse de maquillage fut léguée au Los Angeles County Museum. Michael Blake, maquilleur et biographe de Chaney, considère la trousse de Chaney comme la pièce centrale de l’histoire du maquillage de cinéma.

reponse2_daniel-r-horne
reponse2_1
reponse10_2
reponse3_3
Retro-Monsters_2

Top ! Je suis un personnage peu connu mais incarné par un acteur incontournable du cinéma fantastique. Condamné injustement à la chaise électrique, je suis exécuté. Mais dans le cadre de recherches sur l’âme après une mort clinique, mon corps est réanimé et je suis pourvu d’un coeur mécanique. Je ne me souviens plus de ma vie passée, mais une intuition post-mortem me fait partir à la recherche de ceux qui ont comploté pour ma mort. Un précieux indice : l’électricité quim’a pris la vie me l’avait redonné cinq ans plus tôt dans un autre film ! Je suis… Je suis…?

  1. Frank Einstein
  2. John Ellman
  3. James Curseman

Réponse :
JOHN ELLMAN / LE MORT-VIVANT (Boris Karloff ) dans The Walking Dead (1936), réalisé par Michael Curtiz pour Warner Bros.

reponse2_daniel-r-horne
reponse2_1
reponse10_2
reponse3_3
Retro-Monsters_2

Top ! Je suis le monstre le plus sympathique de tous les temps ! Si mon grand front proéminent laisse présager d’une personnalité cérébrale, il n’en est rien, car je suis en fait un peu neu-neu. D’ailleurs, mon facétieux mais non moins sinistre beau-père, que nous hébergeons, n’en rate pas une pour me le rappeler… Mais, en fait, il m’adore, car je suis comme lui : un doux dingue, un inadapté généreux, bref un gentil monstre. Mon prénom est le patronyme d’un personnage comique de fiction rendu populaire par la télévision américaine et immortalisé par Tim Burton en1985. Mon patronyme est une A.O.C. de l’Est de la France qui pue des pieds… Je suis… Je suis…?

  1. Herman Munster
  2. Edward Comté
  3. Ben Stiller

Réponse :
HERMAN MUNSTER (Fred Gwynne), dans la série The Munsters diffusée sur CBS de 1964-1966, en 70 épisodes, créée par Allan Burns et Chris Hayward pour Joe Connelly et Bob Mosher (Kayro-Vue Productions).

reponse2_daniel-r-horne
reponse2_1
reponse10_2
reponse3_3
Retro-Monsters_2

Top ! Je suis un génie horriblement défiguré qui s’attelle à punir les neuf médecins selon moi incompétents et responsables de la mort de ma femme bien-aimée, Victoria. J’élabore un plan machiavélique pour les supprimer un par un, m’inspirant des Dix plaies d’Égypte, fléaux divins rapportés par l’Ancien Testament. Seuls un inspecteur de Scotland Yard et l’un des médecins, le Dr. Vesalius, croient en ma culpabilité, et pour cause : je suis censé être décédé dans un accident de voiture ! Revenu d’entre les morts, ce qui au passage n’a pas entamé mon sens de l’humour, je parle grâce à une sorte de transistor fixé sur mon cou. Je suis incarné à l’écran par l’idole de Tim Burton, dans un film datant de 1971, mais dont l’action se situe en 1925, époque rappelée par de magnifiques décors Art Déco. Je suis… Je suis…?

  1. Docteur Phibes
  2. Docteur Vice
  3. Docteur Price

Réponse :
DOCTEUR PHIBES (Vincent Price) dans The Abominable Dr. Phibes (1971), réalisé par Robert Fuest pour American International Pictures. Le style Art Déco du plateau, la très sarcastique mise en scène des crimes, ainsi que le performance « vocale » de Vincent Price ont fait de ce film un classique. Dès l’année suivant, une suite intitulée Dr. Phibes Rises Again, dont le final se déroule dans une pyramide égyptienne, confirmera le succès du monstrueux Dr. Phibes !

reponse2_daniel-r-horne
reponse2_1
reponse10_2
reponse3_3
Retro-Monsters_2

Top ! Je suis l’un des tout premiers personnages monstrueux au cinéma et mon histoire est entourée de mystère. Suis-je un revenant, un vampire, ou tout simplement un squatter ? Toujours est-il qu’on découvre ma présence et celle d’une fantômatique jeune fille dans une bâtisse abandonnée, dont le propriétaire – un certain Roger Balfour – est mort cinq ans plus tôt dans des conditions étranges. Du coup, le voisinage se persuade que nous sommes des créatures maléfiques ! La bâtisse se trouve dans une ville célèbre pour son loup-garou, et les trois premières lettres du nom de cette capitale peu ensoleillée sont aussi le prénom du génial acteur muet qui m’incarne. Je suis… Je suis…?

  1. Dorian Gray
  2. L’homme au chapeau haut-de-forme
  3. Un promoteur véreux qui ne recule devant rien

Réponse :
L’HOMME AU CHAPEAU HAUT-DE-FORME (Lon Chaney), dans London After Midnight (1927), réalisé par Tod Browning pour Metro-Goldwyn-Mayer. Dans ce film, comme c’était fréquent à l’époque, Lon Chaney joue à la fois l’inspecteur Burke et l’épouvantable homme-mystère. Le maquillage de Chaney pour ce film reste aujourd’hui assez impressionnant, avec sa dentition acérée et, pour les yeux globuleux, un astucieux système que Chaney portait comme des monocles. Ce film est considéré comme disparu, c’est-à-dire qu’il n’en reste aucune copie connue, seulement des photographies de tournage. Certaines d’entre elles révèlent que sa fameuse trousse de maquillage est utilisée par Chaney comme accessoire à l’intérieur du film, ce qui est un cas unique pour cet acteur-maquilleur aux 200 films.

reponse2_daniel-r-horne
reponse2_1
reponse10_2
reponse3_3
Retro-Monsters_2

Top ! Je suis un monstre qui a le sang bleu, mais ce n’est qu’une façon de parler, car, en fait, du sang j’en manque cruellement! Heureusement, j’ai invité quatre touristes anglais égarés pour le dîner et la descente à la crypte fait partie des attractions incontournables de la visite… Je suis le premier d’un cycle qui a fait le succès de la Hammer, je suis incarné par un acteur qui a eu 91 ans cette année et qui restera célèbre pour ses rôles de méchants, en premier lieu le rôle dont il est ici question, mais aussi celui de Fu Manchu, le génie du crime, celui de Scaramanga, l’homme au pistolet d’or, ainsi que celui d’un mage puissant qui choisit de servir le Mal dans une trilogie réalisée par un Néo-Zélandais qui n’a peur d’affronter ni les pires défis logistiques, ni un monument de la littérature épique. Je suis… Je suis…?

  1. Kharis la Momie
  2. Le Comte Dracula
  3. Barbe-Bleue

Réponse :
LE COMTE DRACULA (Christopher Lee), dans Dracula: Prince of Darkness (1966), réalisé par Terence Fisher pour Hammer Film Productions et inspiré du roman de Bram Stoker. Ce film est le deuxième d’un cycle marqué par la collaboration entre Lee et la Hammer : Dracula Has Risen from the Grave (1968), Count Dracula, Taste the Blood of Dracula et Scars of Dracula (1970), Dracula A.D. 1972 (1972), The Satanic Rites of Dracula (1973). Car, en réalité, dès 1958, la Hammer avait produit un Dracula réalisé par Fisher et joué par Lee, et qui fut un vrai succès commercial et critique. Aux États-Unis, le film avait été rebaptisé « Horror of Dracula » pour éviter toute confusion avec le film d’Universal et l’interprétation de Bela Lugosi. Plus récemment, Christopher Lee a connu un vif succès dans son interprétation du mage Saroumane, l’un des cinq Istari, dans la trilogie du Seigneur des Anneaux (Peter Jackson, 2001-2003).

reponse2_daniel-r-horne
reponse2_1
reponse10_2
reponse3_3

Résultats

Profil_fiotte

Entre 0 et 6 points : tu es une p’tite fiotte !

Je ne vais pas y aller par quatre chemins… Ou alors si : soit tu t’appelles « Angela, 15 ans » et tu es une digital native, soit tu as grandi dans une famille de Témoins de Jéhovah pour laquelle Mickey Mouse représente l’Anté-Christ, soit tu viens d’une autre planète et on t’a débarqué récemment, soit, enfin, tu es un véritable monstre et tes grosses paluches griffues et poilues te rendent impossible l’usage d’une souris ou de toute autre technologie digitale – et, par ailleurs, une pratique inoffensive de la masturbation… Mais ne désespère pas ! Grâce à ce quiz, tu sais à présent quels sont les classiques qui manquent à ta culture cinéphilique et comment briller par ton expertise dans la file d’attente à l’entrée du prochain concert de Iron Maiden au Zénith de Clermont-Ferrand !

Les images mystères sont tirées des magnifiques portraits-hommages réalisés à l’huile par l’artiste américain Daniel R. Horne à partir de photographies de tournage. Daniel R. Horne est en outre un spécialiste du maquillage et des effets spéciaux au cinéma. N’hésitez pas à visiter danielhornestudios.com et à lui commander une reproduction à l’échelle du buste de votre monstre préféré !

Profil_has-been

Entre 7 et 12 points : tu es un has been qui s’ignore !

Tu ne te défends pas si mal pour quelqu’un qui n’a connu ni les cinémas de quartier, ni le magnétoscope ! Ou alors si : tu as bien connu La Dernière Séance avec Eddy Mitchell et tu enregistrais La Quatrième Dimension et Les Envahisseurs sur VHS lorsque les frères Bogdanov n’étaient encore que de charmants bambins, et pas les monstrueux fétichistes de la prothèse faciale que l’on connaît aujurd’hui ! Dans les deux cas, tu as bien saisi le concept de « rétro-monstre », sorte d’absolu primitif totémique, indépassable et fantasmatique, qui prend quoi qu’il advienne de la valeur avec l’âge… Et pourtant, il en faut du courage et de l’abnégation pour choisir de passer sa soirée devant Le Bossu de Notre-Dame plutôt que Transformers 4 !

Les images mystères sont tirées des magnifiques portraits-hommages réalisés à l’huile par l’artiste américain Daniel R. Horne à partir de photographies de tournage. Daniel R. Horne est en outre un spécialiste du maquillage et des effets spéciaux au cinéma. N’hésitez pas à visiter danielhornestudios.com et à lui commander une reproduction à l’échelle du buste de votre monstre préféré !

Profil_chroniqueur

Entre 13 et 18 points : tu es notre prochain chroniqueur !

Félicitations, tu es un expert, un pro, un vrai monstruologue ! Je te soupçonne d’avoir plus de 65 ans et de t’être égaré sur ce blog (on ne te la fait pas / tu en as vu d’autres) ou alors d’avoir eu recours à Wikipédia pour répondre à certaines questions (tous les moyens sont bons pour gagner)… Si aucune de ces hypothèses n’est vraie, il ne reste qu’une option : tu es un « freak » sociopathe, aux centres d’intérêt morbides et parfaitement inutiles, incompris de ton entourage. Essaie plutôt l’informatique, qui propose malgré tout plus de débouchés professionnels et la promotion au statut de « geek »… Non, je rigole, ne change rien, car ta place est précisément sur ce blog ! D’ailleurs, en récompense de ton magnifique score, nous t’offrons un job de chroniqueur financièrement désintéressé, ainsi que notre sincère considération !

Les images mystères sont tirées des magnifiques portraits-hommages réalisés à l’huile par l’artiste américain Daniel R. Horne à partir de photographies de tournage. Daniel R. Horne est en outre un spécialiste du maquillage et des effets spéciaux au cinéma. N’hésitez pas à visiter danielhornestudios.com et à lui commander une reproduction à l’échelle du buste de votre monstre préféré !

Merci d’avoir participé à ce petit quiz. Pense à donner ton score et ton profil en commentaire 😉

Quizz réalisé par VIXIV, merci à Valgur pour le développement et l’intégration !

C’est parti ! >

Question suivante >