On s’imagine rarement la vie sexuelle des super-héros et, pour cause, les comics sont au départ l’émanation d’une Amérique W.A.S.P., républicaine et puritaine. Pourtant, des justiciers body-buildés en collants et slips kangourous, ça pourrait en donner des idées mal placées ! Hé ben, figurez-vous que ça en a donné, et pas qu’à moi.

Sexe & super-héros

LES AMBIGUÏTÉS DU COUPLE BATMAN & ROBIN

Dès les origines du plus dark des super-héros, on a pu se poser des questions sur ce quarantenaire richissime et adepte de la gymnastique hébergeant chez lui un jeune éphèbe du doux nom de Robin. Il faut dire que les scénaristes n’ont pas toujours évité les gaffes…

Sexe & super-héros
Sexe & super-héros
Sexe & super-héros

Bien plus tard, à la fin des années 1990, c’est George Clooney qui va raviver les vieux démons. Après avoir campé le Batman le plus haï de tous les temps dans Batman et Robin (1997) de Joel Shumacher, cause ou conséquence, il déclara à la presse : « Batman n’est pas gay. J’ai fait en sorte qu’il le devienne. »

Sexe & super-héros
Sexe & super-héros

Le poison de la calomnie ayant commencé à se répandre, il était tentant pour les militants gays de transformer les deux plus grandes idoles testostéronées du comics américain en icônes de l’amour homosexuel… Mais, au départ, Superman et Batman, ce sont deux hommes que tout sépare….

Sexe & super-héros

….Oui… Deux hommes que tout sépare : un être solaire à qui tout sourit, rasé de près, au slip rouge et à la raie impeccable (sic) ; un autre nocturne et lunatique, fétiche du vinyle et du cuir, et qui aime bien se faire frapper. Et j’avoue, c’est beau deux hommes qui s’étreignent….

Sexe & super-héros
Sexe & super-héros

LES DÉLIRES DES FILMS À PETIT BUDGET

Au cinéma aussi on désacralise les super-héros ! Quand on fait un film fantastique auto-financé ou presque, et que seuls quelques sociopathes iront voir, autant se lâcher ! Deux exemples de ce que le cinéma bis peut faire de pire en termes de sexualité déviante…. D’abord, The Return of Swamp Thing (1989) de Jim Wynorskil ou la rencontre improbable entre un Monstre du Marais « plantureux » à souhait et une Heather Locklear d’humeur « végophile »…

…. Ensuite, Blankman (1994) de Mike Binder, un super-héros black et parodique au nom prédestiné, car il n’a manifestement pas laissé de traces dans la mémoire collective. Et pourtant, voici une scène d’anthologie : une jeune femme embrasse notre héros et génère chez lui ce que le jeu désopilant de Damon Wayans semble évoquer comme une érection, suivie de près d’un orgasme. Notre héros semble se croire attaqué par je ne sais quelle force obscure, mais vue la réaction physiologique, Blankman était probablement puceau depuis plusieurs générations ! Hé ouais… Je sais, c’est pas possible…

FÉTICHISME ET SUPER-SEXUALITÉ

Ça a fait grand bruit sur le net : Balazs Sarmai, un jeune graphiste et photographe hongrois, a eu l’idée géniale de designer des godemichets caractéristiques de leurs super-héros, en l’occurrence les Avengers des studios Marvel. L’histoire ne nous dit pas si le godemichet est inspiré du super-héros ou bien s’il lui est destiné…

Sexe & super-héros
Sexe & super-héros
Sexe & super-héros
Sexe & super-héros
Sexe & super-héros
Sexe & super-héros
Sexe & super-héros

LA PORN INDUSTRY S’EMPARE DES SUPER-HÉROS

Hé oui, le fétichisme des fans de comics n’a pas non plus échappé à l’industrie de la pornographie qui réinvente depuis quelques années la pornographie parodique en puisant essentiellement dans la copie trash de blockbusters. Il ne faut pas s’en étonner car, si le hardcore porn des années 2000 l’a longtemps éclipsé, en réalité, cette dimension parodique est souvent présente dans le cinéma porno traditionnel, l’une des formes du cinéma d’exploitation des années 1970-1980. Voici donc la bande-annonce de Superman XXX, un extrait du même film, ainsi que la bande-annonce de Incredible Hulk XXX, tous produits récemment par Vivid productions. Et pourant, on se croirait dans un film à petit budget du siècle dernier… Comme quoi, les époques changent, mais les mauvais acteurs demeurent. « À mourir de rire », dirait le Joker !

Allez ! On termine sur cette bande-dessinée dont je n’ai pu retrouver l’auteur – qu’il m’en excuse ! Ces quatre cases m’évoquent une truculente réplique de Walter Sobchak – « Its simplicity makes its beauty » -, mais aussi cette idée, briseuse de vocations : les super-pouvoirs, ça rend souvent les rapports sexuels difficiles, voir impossibles ! C’est peut-être pour cela qu’il y a autant de super-méchants, ils ont pas tous un Robin ou une Heather Locklear sous la main…

Sexe & super-héros
Sexe & super-héros

VIXIV