Synopsis

Samantha et Zach, deux jeunes tourtereaux fraîchement mariés convolent vers la République Dominicaine pour leur lune de miel. Leur rencontre avec un chauffeur de taxi local les conduit tout droit vers une soirée bien arrosée. A son réveil, Samantha découvre, à sa grande surprise, qu’elle est enceinte. De son côté, Zach, fou de bonheur à l’idée de devenir papa, décide de filmer la grossesse de son épouse afin d’immortaliser l’événement. Mais il se rend compte que la grossesse de Samantha évolue de manière inhabituelle et inquiétante…

La critique

Avec un titre aussi évocateur que celui-ci, on ne pouvait que s’attendre à un film autour de bébé. Fraîchement sorti dans nos salles obscures, The Baby nous fait vivre (ou revivre pour celles et ceux ayant déjà vécu l’expérience) les étapes d’une grossesse… mais pas n’importe laquelle. La grossesse de Samantha est particulière, à la fois inattendue (elle arrive bien plus tôt que prévue) et étrange dans ses manifestations au fil des mois. Si au début, tout semble se dérouler sans souci (échographie ne décelant aucune anomalie, médecin se voulant rassurant), de curieux changements interviennent dans le comportement et les habitudes de Samantha. Ainsi, cette dernière qui était une végétarienne aguerrie se met brusquement à avoir envie de viandes crues. Les mamans me diront que, parfois, les habitudes notamment alimentaires durant une grossesse ne sont pas toujours très rationnelles. Certes, des envies d’un genre un peu inhabituel peuvent survenir mais, de là à consommer de la viande crue directement dans le supermarché ou bien encore, à trucider une pauvre biche pour lui dévorer ses entrailles en pleine forêt, vous en conviendrez, Mesdames, que cela est pour le moins étrange. Ce comportement alimentaire des plus intrigants n’est qu’un exemple parmi d’autres que je vous laisserais découvrir.

thebaby-1

Sans vouloir trop spoiler pour ne pas déflorer le film qui en vaut vraiment le détour, l’atmosphère maléfique entourant The Baby m’a fait de suite penser, par certains côtés, à celle de Rosemary’s Baby de Roman POLANSKY. Même si le film n’atteint pas le degré d’intensité et de machiavélisme de son indétrônable prédécesseur, par le thème et l’ambiance, l’on ne peut s’empêcher d’y penser. Les mêmes ingrédients de départ s’y retrouvent (un jeune couple qui s’installe et désireux d’avoir un bébé, une grossesse qui survient brusquement et qui se déroule de manière étrange…). Pour autant, The Baby s’en distingue aisément par la simplicité de son scénar’ et par la technique utilisée (celle de la caméra subjective à la Rec) qui permet au spectateur de plonger au plus près dans la vie et l’intimité de ce couple qui n’aspirait qu’au bonheur. On avance dans ce film en suivant les pas du papa qui ne lâche décidément plus sa caméra et filme absolument tout jusque dans les moindres recoins. The Baby parvient donc à instiller un bon suspense, une ambiance à la fois pesante, intrigante et oppressante au fur et à mesure que l’on avance dans les mois de la grossesse de Samantha. C’est tout l’Art de ce film que de parvenir, à l’instar d’un Rosemary’s Baby, à transformer un événement heureux et attendu en un moment terrifiant et redouté. Le casting est plutôt bien choisi et la prestation des acteurs tout à fait honorable notamment celle d’Allison MILLER dans le rôle de la malheureuse Samantha. Les effets visuels, sans basculer dans le gore ou le sanguinolent, sont efficaces et contribuent à faire grimper la tension progressivement jusqu’à l’apothéose finale c’est-à-dire l’accouchement de Samantha par voie de césarienne sans péridurale cela va sans dire et avec en guise de sages-femmes, des membres d’une secte satanique qui ont suivi, dans l’ombre, l’évolution de la grossesse de leur chère élue.

thebaby-2

Au passif, un rythme un peu speed au démarrage où des événements tels un mariage, une lune de miel passée dans un pays étranger, une grossesse au retour s’enchainent un peu trop simplement et de manière très linéaire. Le film aurait peut-être gagné davantage en intensité si le réalisateur avait pris la peine de s’appesantir un peu plus sur la psychologie des personnages, leurs ressentis à des moments clés ou à l’occasion d’événements bizarres tels celui où un prêtre célébrant une communion fait un malaise en se trouvant à proximité de Samantha enceinte ou lorsque cette dernière se met, en pleine nuit, à graver des signes étranges sur le parquet de la future chambre de son bébé…Mais bon, l’on pourra aisément passer le cap de ce petit écueil qui n’entachera pas tellement le plaisir du spectateur accroché et désireux d’avancer dans le film jusqu’au dénouement.

thebaby-3

Au niveau buzz autour du film, une vidéo teaser style caméra cachée d’un bébé terrifiant qui surgit d’une poussette pour effrayer des passants dans la rue a pas mal tourné depuis le début d’année sur le Net en faisant son petit effet. Vous avez certainement dû la voir passer. Idée plutôt sympa des producteurs pour préparer la sortie du film qui pour le coup et à la différence de la grossesse de Samantha, était attendu. Loin de décevoir, The Baby est une belle surprise, simple et sans prétention mais rudement efficace dans le genre. Avec quelques belles scènes dans le noir qui feront sursauter les plus sensibles, The Baby est à déconseiller aux femmes enceintes ou désireuses de le devenir dans un avenir proche au risque pour elles de regretter leur choix. Pour les autres, ruez-vous dès cette semaine dans votre ciné fétiche le plus proche pour découvrir The Baby qui ne vous laissera certainement pas indifférents.

DARKO