Avec

 Samara Weaving, Adam Brody, Andie MacDowell

Année :

 2019

Pays :

 Etats-Unis

Durée :

 95 min

Genre :

 Thriller, Fantastique

Production :

 Fox Searchlight Pictures, Mythology Entertainment, Vinson Films

La sentence
 
Bonne surprise
La bande-annonce en dit bien trop à mon goût…vous êtes prévenus !

La perspective de voir un film qui s’intitule Wedding Nightmare ne m’enchantait guère je dois bien le reconnaître. Je ne m’étais pas renseigné outre mesure et dès les premières secondes du film j’apprend que le titre original est en fait Ready or not, un titre qui me semble beaucoup plus pertinent et intéressant. Le titre Wedding Nightmare choisi sans doute par les marketeux de Fox France pour le marché français me fait penser à un film bas de gamme ou un nanar tout droit sorti des studios Asylum et va plutôt desservir le film à mon avis. Et je rajouterais que changer un titre en anglais par un autre titre en anglais est vraiment une idée à la con. Dans le genre on avait eu Very bad trip pour The hangover

La cérémonie du mariage

Bref, une fois passée cette première barrière on peut découvrir ce long-métrage. Le film est plutôt court mais bien construit et d’une efficacité assez redoutable. On démarre avec une introduction en forme de flashback qui nous met dans le bain directement entre le thriller et le burlesque. Pendant tout le film nous naviguerons entre ces deux ambiances. Le pitch du film est assez simple, on assiste au mariage d’une jeune roturière avec le cadet de la famille Le Domas. Elle s’apprête à intégrer cette famille de riches bourgeois ayant fait fortune dans les jeux de société. La tradition veut qu’à chaque nouveau mariage, la pièce rapportée joue à un jeu le soir même de la cérémonie plutôt que de profiter de sa nuit de noces. Autant le jeu peut-être anodin comme une partie de dames mais si le jeu s’avère être Hide & seek (cache-cache), le jeu de la survie commence et c’est la mort qui attend nos protagonistes. On ne perd pas de temps et on rentre très rapidement dans le vif du sujet. Une bonne part des membres de la famille ne semble pas réellement convaincue du bien-fondé de cette tradition qui semble plus tenir de la superstition mais peu importe, la chasse est ouverte et des scènes jouissives violentes et gores à souhait sont parfaitement distillées jusqu’au dénouement final en apothéose où tout s’éclaircira. Les morts violentes, improbables et non dénuées d’humour noir ne sont pas sans rappeler la saga Destination Finale que je trouve personnellement très drôle et inventive dans la manière de dézinguer les gens.

Grace, livrée à elle-même…
(De droite à gauche) Kristian Bruun, Melanie Scrofano, Andie MacDowell, Henry Czerny, Nicky Guadagni, Adam Brody, and Elyse Levesque. La partie commence…

Dans Wedding Nightmare, on se retrouve avec un personnage féminin ultra badass, une héroïne dans l’air du temps. Son instinct de survie est hors norme mais elle ne devient pas pour autant une machine de guerre comme on peut le voir dans certains longs métrages. Elle se sortira de certaines situations in extremis et parfois malgré elle. Le film se veut également par certains aspects un petit pamphlet de la bourgeoisie en évitant tout de même certaines lourdeurs potentielles d’une réelle satire politique. Grace, la mariée, est une orpheline venant d’un milieu défavorisé et doit se faire accepter dans ce que la famille appelle elle-même “le royaume”. Une famille de grands bourgeois dont les loisirs les plus déviants leur permettent de tromper l’ennui, de retrouver le grand frisson et accessoirement de préserver leur patrimoine…selon la légende. Un thème souvent abordé dans le cinéma (Hostel me vient en tête). J’ai également pensé au film Get Out, pour lequel nous avions écrit un article il y a quelque temps où l’on voit un peu de la même façon un jeune homme noir rencontrant sa belle-famille bourgeoise blanche et luttant pour sa survie contre les intentions funestes de ses hôtes. Le parallèle entre ces deux films peut également se faire sur l’aspect social et plus métaphoriquement sur la survie d’une classe sociale contre une autre. Rosemary’s baby est sans doute une autre référence des réalisateurs Tyler Gillett et Matt Bettinelli-Olpin où l’on voit une femme au coeur d’une situation très compliquée en prise avec des satanistes se battant pour sa survie.

Avant de conclure, un mot sur le casting très réussi. Grace est interprétée de façon très juste par Samara Weaving (nièce d’Hugo, l’agent Smith de Matrix). On retrouve également avec grand plaisir Andie McDowell que je n’avais plus vu depuis une éternité dans un film et enfin une mention spéciale à la tante Hélène dont le visage n’est pas sans rappeler je trouve un personnage bien connu du film Lost Highway de David Lynch…

Comme un air de famille…

Bref, je dirais que j’ai passé un très bon moment devant ce film sans prétention autre que nous divertir. C’est un pur film de genre “survival” avec ce qu’il faut d’humour, de gore et de fantastique que les amateurs devraient apprécier. Le film sort le 28 août.

L'article t'a intéressé ? Dis-le nous !