ZOMBIES FOREVER

Ainsi que nous avons pu le constater dans la première partie de ce dossier consacré aux zombies, la thématique connaît un franc succès dans des domaines très variés. Dans cette seconde et dernière partie, nous verrons que le succès des zombies, loin de se limiter au domaine de la littérature et du cinéma, s’étend à d’autres univers tels les jeux vidéos, la bande dessinée ou encore les séries TV.

Zombies : du cinéma aux jeux vidéos et inversement

Les films de ROMERO n’ont pas seulement inspiré des cinéastes mais aussi des créateurs de jeux vidéos. Les parois entre les deux univers ne sont pas étanches et l’on trouve assez fréquemment des métrages adaptés en jeux vidéos ou bien inversement, des jeux vidéos qui font l’objet d’une adaptation au cinéma. L’année 1996 marque le début d’une explosion du zombie dans le jeu vidéo moderne. C’est le cas, par exemple, de la saga des Resident Evil. Il s’agit, à l’origine, d’une série de jeux vidéos de type « survival horror » dont la licence est détenue par la société japonaise Capcom. Le succès est tel que de nombreuses suites seront réalisées. Mais surtout, le jeu vidéo Resident Evil va se prolonger dans le domaine cinématographique grâce à l’adaptation dont il fera l’objet. C’est le réalisateur Paul W.S ANDERSON (Mortal Kombat, Alien vs Prédator) qui s’y colle pour le premier opus de la saga. Il réalisera également le quatrième et le cinquième volet (Resident Evil : Afterlife et Resident Evil : Retribution).

Zombies foreverZombies foreverZombies forever
Zombies foreverZombies forever

Pour l’anecdote, paraît-il que Georges ROMERO avait été pressenti, au départ, pour la réalisation de Resident Evil mais il ne donnera pas suite au projet du fait de divergences de point de vue avec la société Capcom, détentrice de la licence. Les films composant cette saga sont certes, directement inspirés des jeux vidéos mais les scénarii s’en détachent en développant un univers propre et en faisant évoluer des personnages-clés originaux tels le personnage d’Alice interprété par l’actrice Milla JOVOVICH (Le cinquième élément). De la même manière et à la même époque, l’on pourra aussi citer le jeu House of the Dead qui n’est pas sans rappeler l’univers des films de zombies façon ROMERO tels La Nuit des morts-vivants. Ce jeu vidéo fera lui aussi l’objet d’une adaptation cinéma éponyme réalisée en 2003 par Uwe BOLL. Dans le même esprit, en 2006 Christophe GANS (Le Pacte des loups) adapte au cinéma le jeu-vidéo Silent Hill qui relate la quête de Rose, une mère à la recherche de sa fille mystérieusement disparue.

Zombies foreverZombies forever

La même année, la société Capcom récidive en livrant le jeu vidéo Dead Rising mettant en scène un héros devant improviser au beau milieu d’une mêlée de zombies. Un autre exemple de la passerelle qui est souvent faite entre les deux univers (cinéma et jeux vidéos), le jeu vidéo Call of Duty: Black Ops dans lequel Georges ROMERO prête même son image en y faisant carrément une apparition dans la carte «Call of the Dead» (perso, je ne l’ai pas vu, n’ayant pas le jeu mais les détenteurs du jeu ont dû s’en apercevoir…). Nous avons cette fois une illustration de l’influence du cinéma sur l’univers des jeux vidéos. Et je ne citerai que ceux-là mais les amateurs n’ignorent pas que les jeux ayant pour thématique les zombies sont pléthores. A la différence du cinéma et de la littérature, les jeux-vidéos par définition permettent une véritable interaction avec les zombies, qu’il s’agisse de jeux d’aventure et de stratégie ou de « rail gun game » c’est-à-dire du dégommage de zombies.

Zombies foreverZombies foreverZombies forever

Zombies : de la bande dessinée à la série TV (L’exemple de The Walking Dead)

Après la littérature, le cinéma et les jeux vidéos, intéressons-nous à présent à l’univers de la bande dessinée. Là encore, les zombies sont présents et constituent une source d’inspiration pour certains auteurs. Je citerai ici bien évidemment l’exemple de la BD Comics à succès : The Walking Dead. Il s’agit d’une BD, à l’origine en noir et blanc, publiée par Image Comics et créée par le scénariste Robert KIRKMAN et les dessinateurs Tony MOORE et Charlie ADLARD. Elle narre les péripéties d’un groupe de rescapés tentant de survivre dans un monde envahi de zombies. Cette BD connaît un franc succès encore actuellement et les tomes se multiplient. On en dénombre 17 à ce jour (le dernier tome est paru cette année). Le succès de la BD aidant, The Walking Dead finira presque logiquement par faire l’objet d’une adaptation, non pas sous la forme d’un long métrage, mais sous celle d’une série TV. Cette série est diffusée en France depuis 2011. Elle a été adaptée à l’écran par Franck DARABONT en collaboration avec Robert KIRKMAN, le créateur de la BD éponyme. A l’origine prévue pour trois saisons, le succès de la série conduit le réalisateur et scénariste à pondre une quatrième saison dont le tournage des épisodes se poursuit encore actuellement. L’adaptation à l’écran de The Walking Dead est effectivement une belle réussite dans le genre. Les effets spéciaux et maquillages sont impressionnants et n’ont rien à envier aux meilleurs films de zombies. Le spectateur est, dès le premier épisode de la saison une, accroché et a envie de connaître la suite ce qui est plutôt un gage de réussite pour une série TV. Les zombies de The Walking Dead (les rôdeurs) sont, à l’origine, des humains qui ont été contaminés par un virus qui les transforme en monstres affamés de chair fraîche. Ils se déplacent relativement lentement mais semblent malgré tout un peu plus vifs et agiles que ceux de ROMERO. En revanche, et à l’instar de ceux de ROMERO, les zombies de The Walking Dead ne semblent pas du tout structurés dans leurs déplacements et ne font preuve d’aucune stratégie particulière pour piéger les humains. Je précise enfin, pour terminer sur The Walking Dead, que la saga a aussi fait l’objet d’un jeu vidéo récompensé aux Video Games Awards au titre de « meilleur jeu de l’année 2012 ».

Dans une autre BD américaine intitulée Crossed créée par Garth ENNIS (The Preacher) et Jacen BURROWS, dont le tome 1 est paru en 2011, les zombies possèdent une composante originale que l’on ne retrouve pas dans les films de ROMERO ni dans The Walking Dead. Le virus qui contamine les humains et les transforme en zombies a également pour effet de réveiller leurs instincts sexuels les plus primitifs. Les zombies de Crossed sont ainsi de vrais pervers sexuels qui ne pensent pas qu’à bouffer de la chair fraîche mais aussi à copuler sauvagement y compris entre eux. Cette BD est fortement déconseillée aux âmes sensibles car les auteurs font sauter absolument tous les tabous existants. C’est un véritable carnage. Vivement l’adaptation ciné ou série TV qui sera à coup sûr interdite au moins de 18 ans.

Zombies foreverZombies foreverZombies forever

Toujours pour rester dans l’univers des comics, nous pouvons citer la saga des Marvel Zombies qui débute par un cross over intitulé Marvel zombies vs Army of Darkness et qui fait intervenir le personnage d’Ash de la saga des Evil Dead (je vous renvoie ici aux excellentes critiques de notre ami Valgur autour du film de Sam RAIMI et de son personnage principal que vous trouverez sur ce blog). Par la suite, cette saga des Marvel zombies va faire intervenir des super héros tels que Spider Man ou the Wolverine mais sous une forme dégénérée de zombies cannibales. L’idée est originale et plutôt bien exploitée. Vivement là encore une adaptation cinéma qu’on puisse se marrer un bon coup. Surtout, ça nous changerait un peu des habituelles adaptations cinématographiques de Comics qui n’apportent pas toujours de réelles plus-values par rapport aux BD.

Zombies foreverZombies foreverZombies forever

Au niveau séries TV récentes, après les séries The Walking Dead et Les Revenants, la BBC lance une nouvelle série sur les zombies intitulée In the Flesh dans laquelle le héros est un ancien zombie revenu dans sa ville natale et en proie à ses souvenirs. L’on trouve aussi la série TV britannique, Dead set créée par Charlie BROOKER en 2008.

Zombies foreverZombies foreverZombies forever

Alors que les zombies paraissaient devoir être cantonnés au domaine de la fiction qu’il s’agisse de littérature, de cinéma, de bande dessinée ou encore de jeu vidéo, nous allons voir que ces derniers ont carrément franchi la frontière qui les sépare de nous pour envahir le réel.

Zombies : de la fiction au réel (L’exemple de la Zombie Walk)

Une Zombie Walk (Marche des Zombies) est une sorte de parade au cours de laquelle des personnes défilent dans les rues d’une ville, maquillées et déguisées en zombies. Cette manifestation trouverait ses origines aux Etats-Unis au début des années 2000. Puis le mouvement s’est propagé jusqu’à toucher d’autres pays tels l’Argentine. Aux Etats-Unis, la manifestation a pris une telle ampleur qu’elle s’est même quelque peu politisée en suscitant l’apparition d’organisation dérivée telle la Zombie Squad qui organise des marches visant à récolter des fonds dans un but humanitaire. Depuis 2007-2008, ce mouvement s’est exporté en France et chaque année de nombreuses villes françaises sont envahies de zombies pour l’occasion. L’apparition de ce phénomène est curieuse et au-delà de l’aspect politique qu’il peut revêtir aux Etats-Unis, il nous semble, du moins en France, qu’il s’agit avant tout d’une occasion de franche rigolade entre passionnés. Toutefois, ne peut-on quand même y voir d’une certaine manière la manifestation d’une irruption des zombies dans le monde réel alors qu’ils étaient jusque-là cantonnés au monde de la fiction ? Cette entrée ne se fait pas par n’importe quelle porte puisque ce sont des humains qui endossent le costume et le maquillage de zombies, qui se mettent dans la peau du zombie pour former une horde. Dans la Zombie Walk, on peut dire que les humains se retrouvent au plus près des zombies jusqu’au point de n’en faire plus qu’un. Plusieurs lectures possibles : une réconciliation humains-zombies, une manière d’exorciser nos peurs, une victoire des zombies qui sont parvenus à nous « contaminer » et à faire de nous leurs semblables ou plus simplement une occasion originale de faire la fête et sans plus… Les réflexions et interprétations restent ouvertes. En tous cas, pour 2013, la ville de Lyon a d’ores et déjà annoncé la date prévue pour sa septième Zombie Walk et le rendez-vous a été fixé au samedi 12 octobre 2013. Avis aux amateurs et aux curieux ayant toujours rêvé de faire partie d’une horde de zombies.

Bon et bien pour conclure, vous l’aurez compris, à la lecture de ce dossier, la thématique des zombies continue d’inspirer nombre d’auteurs, d’artistes et ce, dans des domaines plus que variés. Le succès des films d’horreur traitant de ce thème relayé par les BD, jeux vidéos et séries TV ont sans aucun doute contribué à susciter l’engouement du grand public pour les zombies, toutes générations confondues mais les vraies raisons de cette fascination demeurent peut-être plus profondes et complexes qu’il n’y parait. En tous cas, il me semble que même largement exploitée voire surexploitée, la thématique des zombies est loin d’être épuisée et les auteurs, qu’ils soient réalisateurs, écrivains, scénaristes ou créateurs de jeux vidéos, nous réservent encore de bien belles surprises, j’en suis convaincu à commencer par la sortie le 3 juillet prochain de l’adaptation ciné de l’ouvrage de Max BROOKS, World War Z réalisé par Marc FORSTER avec notamment l’acteur Brad Pitt. Rendez-vous donc dans les salles obscures pour découvrir ce nouveau film de zombies !

DARKO